Avec Hervé Heurtebise auteur du « Journal d’un proctologue et autres nouvelles »

par | 23 11 14 | Mes invités | 3 commentaires

Aujourd’hui je retrouve mon confrère Hervé Heurtebise auteur du « Journal d’un Proctologue et autres nouvelles » pour une interview des plus sérieuses.

On se retrouve à l’entrée du cimetière du Père Lachaise, lieu incontournable pour les personnalités qui y reposent mais aussi pour ses différents styles d’art funéraire. J’espère que cela va lui plaire ! Il arrive.

Bonjour Hervé ! Alors pas trop surpris par le lieu de l’interview ?

Bonjour Cathy ! Non, du tout. D’ailleurs, c’est un lieu que j’évoque à demi-mot dans le JDP.

Qui souhaites-tu allez voir en premier ? Et pourquoi ?

Allons voir Desproges, paraît qu’il a une très belle vue sur la tombe de Chopin.

Si je cite en vrac Honoré de Balzac, Frédéric Chopin, Colette, Jean de La Fontaine, Molière, Yves Montand, Jim Morrison, Edith Piaf, Oscar Wilde. Tu me réponds quoi ?

Que du beau monde ! Mais tous ne sont pas là, Gainsbourg est au Montparnasse, Brassens à Sète et Brel aux Marquises.

Peux-tu me retracer en quelques points, les éléments importants de ton chemin de vie ?

Enfance, adolescence, « adulescence », déliquescence.

Tiens on passe devant Guillaume Apollinaire ! Quelle serait ta réaction s’il revenait en personne pour te critiquer vertement ?

Je doute qu’il se relève pour moi ! Enfin, s’il me critiquait vertement, je l’écraserais et dirais : « oui, Monsieur». Faut pas déconner, c’est Apollinaire dont on parle, le fils spirituel de Verlaine ! Apollinaire, quoi ! L’ami de Picasso, Derain, Vlaminck ou Matisse !!!

Quel est ta plus grande fierté d’homme ?

N’avoir fait que des filles.

A cet instant, vers quelle tombe tu te diriges et pourquoi ?

Allons voir celle de Brel, je sais c’est un peu loin, mais paraît qu’il a une très belle vue sur celle de Gauguin.

Tu as écrit « Journal d’un proctologue et autres nouvelles », qui a rencontré un franc succès. Pourquoi un proctologue ?

Justement, pourquoi vouloir devenir proctologue ? Quel genre d’individu peut avoir, un jour, l’idée de faire ce métier ? Le livre est né de cette question.

(cliquer sur l’image pour en savoir plus)

Dans la langue française, qu’est ce qui te dérange le plus ?

La réforme de 90 qui a fichu un beau bazar dans une situation déjà bien assez complexe comme cela.

Quelle est la technologie d’écrivain dont tu ne peux plus te passer ?

Le traitement de texte et internet. Par contre, quand j’écris à la main, c’est au stylo plume et à l’encre bleue effaçable.

On passe là où repose Pierre Desproges. Ses cendres ont été directement mélangées à la terre, sans croix ni dalle, selon sa volonté. Une réaction ?

Je ne le savais pas, mais quand on sait comment il est mort, c’est assez cohérent.

Décris-moi ton environnement quand tu écris ?

La table du salon encombrée de bordel (il n’a pas d’autres mots) où trône l’écran de l’ordi, un bon vieux clavier et une souris filaires et la tour du PC qui ronronne à mes pieds.

Quel est l’endroit le plus insolite où tu as écrit ?

Il m’arrive souvent d’avoir une idée sous la douche, donc il m’arrive assez souvent d’écrire tout nu une phrase ou une page entière, tout dégoulinant, sur le premier morceau de papier venu, sur un coin de table.

Penses-tu que les lecteurs qui lisent en numérique sont des radins ?

Non, pas du tout ! Les lecteurs en numériques sont de gros lecteurs qui achètent beaucoup de livres papier ou numériques.

Si tu devais tenir un livre entre tes mains, là maintenant, tout de suite, ce serait lequel ?

Ce serait 21 nuances de voisinage, aux éditions Hélène Jacob. Je n’ai pas encore lu toutes les nouvelles. Peut-être y en a-t-il une qui traite du voisinage dans ce type de lieu ?

(cliquer sur l’image pour en savoir plus)

Ton dernier grand fou-rire ?

« Que ma joie demeure », le spectacle d’Alexandre Astier sur Bach. Ce gars est un génie, et je pèse mes mots.

Ta dernière larme versée ?

Une larme de porto.

Quels sont tes projets en écriture ?

Une nouvelle dans le prochain recueil collectif des EHJ en 2015 et un livre prévu début 2016. Mais il est un peu tôt pour parler de tout cela.

Un dernier détour avant de quitter le cimetière du Père Lachaise ?

Je te suis, je suis curieux de savoir ce que tu veux me faire découvrir.

Au fait tout va bien avec ton FAI ? 🙂

Ça y est, c’est arrangé, je crois que j’ai tout compris.

Question « àlacon »: un canard coiffé d’un béret basque entre dans la pièce où tu écris. Que dit-il ?

Ne reste pas dans ton coin. Je sais, c’est nul, mais question « àlacon » réponse « toutepourrie ».

Merci Hervé !

Retrouver toutes les infos au sujet d’Hervé Heurtebise en cliquant sur l’image.

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

3 Commentaires

  1. Hervé

    Merci beaucoup Kathy pour cette balade dans l’un des plus beaux cimetière du monde !

      (Citer)  (Répondre)

    Réponse
  2. Thierry

    Excellent, comme d’hab ! et le sketch d’Alexandre Astier génial !

      (Citer)  (Répondre)

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Shares
Share This

Vous aimez mes bafouilles ?

Rejoignez mon cercle d'abonnés pour recevoir une dose régulière de bonne humeur (votre adresse ne sera, bien sûr, jamais communiquée à des tiers).

Afin de vous remercier, je vous offre une copie numérique de Ce que femme veut..., Déconfitures et pas de pot ou Y'a comme un lézard, lors de la validation de votre inscription, sur simple demande par email.

Abonnez-vous, j'en pleure d'émotion à chaque fois !

Kathy

Votre inscription est bien enregistrée, merci !