Déjeuner sur le pouce avec Jean-Claude Junin, écrivain et président de l’association « Les passeurs de livres »

par | 10 12 14 | Mes invités | 0 commentaires

Je retrouve Jean-Claude dans le vieux Nice pour un déjeuner sur le pouce !

C’est parce que je suis vieux que tu me donnes rendez-vous dans le «vieux» Nice ? tu ne veux pas que je me sente dépaysé ?

Un faux-air à JJ Bourdin non ? 🙂

– D’ailleurs est-il à l’heure ? En avance ? Ou toujours en retard ?

La première fois toujours en avance, plutôt introverti j’ai besoin de « m’approprier » les lieux… Après pas sur qu’il y ait une deuxième fois….

– Tu as tendance à faire facilement la bise, prendre les gens dans tes bras ou serrer la main ?

Toujours distant la première fois, après je fais facilement la bise quand je connais, et si je suis en confiance je suis « tactile » 🙂

– Tu fumes ? Si oui, tu dégaines ton tabac et papier à rouler ? Ton paquet de blondes/brunes ? Tu gueules parce qu’il n’y a pas de cendar ? (On est dehors, je précise, nous déjeunons en terrasse). Tu ne fumes pas : tu plantes un scandale au fumeur de Havane attablé à côté de nous ? Tu t’en fiches ?

Je ne fume pas, à chacun sa merde… comme nous sommes dehors je ne dis rien aux fumeurs de Havane, sauf s’il sort un Cohiba Lanceros, là je le lui pique…

– Apéro, tu prends quoi ?

Une pression ! Dans une vie précédente j’ai été Brasseur, j’avais essayé, en vain, de relancer la marque Rubens. (la Bière de Nice à la fin des années 90)

– On mange : Socca ? Pissaladière ? Farcis niçois ? Ou viens on se barre d’ici ?

Je suis poli, va pour les farcis, s’ils ne viennent pas de chez Métro…

– Avant de démarrer l’interview, je souhaiterais savoir ce que tu as fait ce matin ? (Le « Et je t’en pose des questions àlacon moi ? » est une réponse probable aussi)

A l’école… snifff, je suis prof de techno, non pas la danse, à Nice Nord.

– Quel est ton sujet favori en société, enfin je précise, lors d’une soirée raclette entre potes ? –

Entre mecs ? Cela dépends des mecs… de tout et rien, cependant j’avoue un faible pour l’ésotérisme et l’histoire. Après je ne supporte pas la vulgarité et les soirées beuveries.

– Le sujet qui te met facilement en colère ? (mais très facilement)

La montée du FN, je suis sidéré par le manque de mémoire !

– Le trait de caractère de tes contemporains que tu détestes ? Celui que tu préfères ?

Que je déteste : l’égoïsme,

Que je préfère : l’humanisme.

– Ton tic ? ou T.O.C ?

J’adore regarder les femmes, enfin les belles….

Tu veux dire belle de l’intérieur, j’espère 🙂

– Parles-moi de ton dernier ouvrage ?

Bizarrement j’ai voulu écrire sur mon abandon, c’est un sujet que j’aborde rarement, mais cela me gave quand j’entends ceux ou celles qui parlent de leurs abandons en se plaçant comme victime, alors que c’est certainement le plus beau cadeau, et souvent le seul, que leur a fait leurs géniteurs !

– Depuis quand écris-tu ?

Depuis que je suis étudiant, après mes études d’ingé, j’ai préparé un DEA en histoire, au départ parce que je voulais écrire une histoire de la bière, j’ai soutenu mon mémoire mais je n’ai toujours pas fini ce livre…

– Que t’apporte l’écriture ?

Du bonheur !

.- Dans quelle condition écris-tu ?

A poil dans mon lit, non je ne te donnerais pas mon adresse ! Et en écoutant Beethoven…

– As-tu d’autres projets d’écriture ?

Continuer la « saga » de mon premier roman, j’y aborde le mythe de lilith, pour défendre non pas le féminisme que je trouve débile, mais pour l’égalité et la complémentarité homme-femme, je suis scandalisé quand je vois la régression actuelle de la femme dans de pseudo société…Et puis terminer ce livre sur la bière.

– Quel est votre auteur préféré en dehors de vous-même bien sûr ! ?

Beaucoup ! Je suis très éclectique, cela va des classique Rousseau, Voltaire aux modernes, avec un faible pour Murakami….

– Tu es président de l’association « les passeurs de livres ». Peux-tu m’en dire plus ?

Utopiste, je reste persuadé que c’est la culture qui sauvera le monde, d’ailleurs si certaines « société » interdisent l’école aux filles c’est qu’elles ont bien compris le « danger » de la culture, l’idée à la base est d’amener, à travers des boites à livres disséminées dans les villes, le livre a des gens qui spontanément ne pousseraient pas la porte d’une bibliothèque, et le pire c’est que cela marche !

– Quels conseils donnerais-tu aux jeunes écrivains ?

AUCUN ! Font chier surtout s’ils ont plus de talent que moi…. ( ce qui n’est pas difficile au demeurant) en fait si j’en donnerais un : Arrêtez d’écrire !)

Merci Jean-Claude !

Retrouvez Jean-Claude Junin sur sa page Facebook et la sortie de « Merci Maman » le 17 décembre 2014

(il suffit de cliquer sur l’image)

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimez mes bafouilles ?

Rejoignez mon cercle d'abonnés pour recevoir une dose régulière de bonne humeur (votre adresse ne sera, bien sûr, jamais communiquée à des tiers).

Afin de vous remercier, je vous offre une copie numérique de Ce que femme veut..., Déconfitures et pas de pot ou Y'a comme un lézard, lors de la validation de votre inscription, sur simple demande par email.

Abonnez-vous, j'en pleure d'émotion à chaque fois !

Kathy

Votre inscription est bien enregistrée, merci !

Pin It on Pinterest

Shares
Share This